Aller toujours plus vite.

On constate qu’en seulement deux siècles, les moyens techniques permettant le franchissement de longues distances se sont multipliés et successivement concurrencés. À la profusion de véhicules et de modes de transports différents répondent inévitablement de profonds changements économiques et sociaux. L’avènement du « tout-voiture » entraîne un allongement des trajets dans tous les domaines de la vie (travail, loisir…) et provoque un besoin pour chaque individu de s’équiper et de s’adapter aux nouvelles injonctions de la modernité.

 

Aujourd’hui, la voiture s’impose partout et devient toujours plus obligatoire et aliénante sur le plan économique ; dans le même temps, de nombreuses gares ferment, et des territoires entiers deviennent inaccessibles par le train. La coexistence de plusieurs modes de transport semble donc être remise en question. Si le progrès technique demeure exponentiel, il n’est pas nécessairement synonyme de progrès social. Par contre, il est toujours utilisé à profit par ceux qui en détiennent le monopole. Où est le juste milieu ?


Si nous voulons prendre le virage écologique sereinement, il y aurait sans doute des limites à refonder, des logiques à repenser dans notre rapport contemporain à la vitesse et aux distances.

D’un point de vue social, écologique, économique, reconsidérer en profondeur notre vision des transports n’est peut-être pas une hérésie.

 

Source :

Mr. Mondialisation : Et si on ralentissait ? https://mrmondialisation.org/et-si-on-ralentissait/

© Le Recueil by Jeff&Léa. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now