Des solutions pour tout le monde.

D’après le groupe d’experts négaWatt et son important rapport, l’Hexagone pourrait concrètement s’affranchir des énergies fossiles et même du nucléaire pour passer au 100% renouvelable vers 2050. Mais cette prise de liberté ne se fera pas sans grand courage politique, ce qui ne semble malheureusement pas être une priorité des récents gouvernements en France ou en Belgique. Pendant ce temps, la Suisse vient d’acter dans les urnes la “stratégie énergétique 2050”  articulée autour de 3 grands axes : une sortie progressive du nucléaire, la promotion des énergies renouvelables et le renforcement des économies d’énergie et de l’efficacité énergétique.

La coopération d’associations avec les régions.

Suite à l’article 13 de la nouvelle loi énergie-climat qui instaure les dispositions suivantes :

“Dans un délai de deux ans à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport concernant la contribution des plans climat-air-énergie territoriaux et des schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires aux politiques de transition écologique et énergétique. Ce rapport compare notamment cette contribution aux objectifs nationaux et aux orientations nationales inscrits dans la programmation pluriannuelle de l’énergie et la stratégie nationale bas-carbone.”, l’association négaWatt s’est associé à Régions de France et s’est fait aider financièrement par 4 régions pour redéfinir les schémas régionaux d’aménagement de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) et les rendre ainsi plus cohérents et réalisables aux vues des objectifs nationaux. 

Le premier enjeu de cohérence est la solidarité entre les régions qui doit permettre à chacune d’entre elles de tirer profit le plus intelligemment possible des ressources de son territoire. Les régions naturellement richement pourvues en énergies renouvelables devront les mobiliser au-delà de leurs seuls besoins intérieurs, afin de pouvoir alimenter les régions voisines moins favorisées.

Le deuxième enjeu de cohérence se situe vis-à-vis des objectifs nationaux. L’agrégation des SRADDET devrait en principe aboutir à la neutralité carbone en 2050 et à l’atteinte des objectifs de développement des renouvelables et de réduction des consommations d’énergie, des émissions de gaz à effet de serre et de la place du nucléaire. Mais les premiers rapports d’analyse des SRADDET mis en consultation pointent déjà dans ce domaine des ambitions insuffisantes dans certaines régions. C’est là que l’association négaWatt intervient pour réévaluer les besoins des régions grâce à une analyse des SRADDET lorsqu’ils seront mis en place. Dans les régions, l’aide d’une association telle que celle-ci peut grandement aider les efforts mis en oeuvre pour une transition énergétique efficace.

 


 

Passer aux “low tech” et s’affranchir de dépenses d’énergie dans les actes du quotidien.

Selon une étude Ipsos de 2016, les Français pensent posséder, en moyenne, 34 équipements électriques et électroniques par foyer quand ils en détiennent en réalité 99 ! Cette sous-estimation vient en fait du fait que l’incitation à consommer nous fait acheter toujours plus de matériel électrique dont nous n’avons pas besoin et donc dont nous ne nous servons pas. Outre le fait de n’acheter que ce dont on a besoin, le mieux est encore de se tourner vers des low tech.

Les low tech, antonyme de high tech, ce sont des solutions techniques qui se veulent simples, peu énergivores et réparables. Elles se prêtent à une construction locale, avec des matériaux relativement abordables (de récupération si possible). Enfin, les objets sont généralement reproductibles sans difficulté y compris par une personne qui ne dispose pas de compétences particulièrement élevées en bricolage. Le low-tech est donc axé sur l’autonomie des individus et leur compréhension de la technologie. Les low-tech ont une dimension démocratique parce qu’elles participent à autonomiser les individus qui ne dépendent plus de multinationales ou d’industries pour répondre à un besoin déterminé. À titre d’exemple, l’entreprise de “low techEclowtech met en location des systèmes de douches solaires 100% respectueuses de l’environnement qui fonctionnent comme ci-contre:

 

Cette douche solaire, construite à partir de bois, de miroirs flexibles et d’un chauffe-eau recyclé fonctionne sans électricité. L’eau est chauffée à l’aide des surfaces réfléchissantes dont le rayonnement est redirigé vers le contenant (principe d’une centrale solaire thermique).  Ce dernier étant bien isolé, il conserve la chaleur pendant la nuit. « L’installation est facile, elle peut être permanente ou non et se faire sur tout type de terrain » explique François, co fondateur de l’entreprise, qui défend une « solution peu onéreuse et durable dans le temps » qui « permet de profiter de tout le confort d’une douche en extérieur. Elle est  idéale en été, agréable au printemps ou à l’automne ».

 

Dans la même impulsion, la start up niçoise Skavenji a développé une box low tech permettant à tout le monde de produire sa propre énergie à petite échelle. Imaginée par l’ingénieur, Gaël Desperriès, cette box s’adresse aussi aux locataires qui ne peuvent pas installer d’eux-même des panneaux solaires ou des éoliennes là où ils habitent (la décision appartenant aux propriétaires). Skavenji pose la première brique de nouvelles possibilités énergétiques, plus en phase avec les besoins de l’époque. « Quand on construit des barrages, ça résout un problème, mais ça en crée d’autres. On inonde la vallée la plus fertile et le lac dégage du méthane, du CO2 » déplore Gaël Desperriès, habitué des chantiers de grande envergure.

En filigrane, les créateurs de la box souhaitent répondre au besoin d’autosuffisance latent, et participer de façon créative au développement d’une consommation plus durable. Skavenji mettra le design du boîtier et le logiciel en Open Source afin de permettre à la communauté de s’approprier et de faire vivre le projet. Le fonctionnement de cette start up est assez simple, et repose sur trois éléments. Le premier est incarné par la box, dotée d’un petit panneau solaire, et qui permet la connexion de petites sources électriques de nature et provenance diverses. La box en elle-même s’ancre également dans la simplicité comme une « solution plug-and-play, open source, durable, low-tech, frugale et adaptable » qui permet à tous de participer à la transition énergétique. D’autre part, une application mobile et une plateforme ouverte à la contribution permettent aux utilisateurs de visualiser leur production énergétique, les économies réalisées et l’impact environnemental qui y est lié. La plateforme est quant à elle alimentée avec des ressources utiles telles que des tutos sur les différentes alternatives énergétiques et comment les intégrer à son chez-soi.
 
De nouvelles pistes pour le renouvelable.

Aujourd’hui, l’énergie éolienne représente 5% de la consommation d’électricité en France, ce qui reste insuffisant mais encourageant. Dans cette impulsion là, de nouvelles pistes de réflexion s’ouvrent pour rendre l’énergie du vent plus attractive, les éoliennes traditionnelles n’ayant pas l’approbation d’une majorité de consommateur. Une des piste est les “kytoon”, une contraction de “kite” (cerf-volant) et “baloon” (ballon), qui est comme son nom l’indique une centrale électrique alimentée par des cerfs volants. Cette alternative permettrait d’exploiter l’énergie du vent dans des endroits où il est impossible de maintenir un parc éolien. Un réseau est en cours d’implantation au sud-ouest de l’écosse (Stanraer) d’ici 2025 et produira un courant électrique continu 350 jours par an. Le potentiel de ces nouvelles venues réside surtout dans leur capacité à exploiter les courants aériens dits jet-stream situés à plusieurs kilomètres d’altitude, puisque ces cerfs volants peuvent se hisser à 2500 m d’altitude là où la vitesse du vent atteint les 70 km/h. Si ces alternatives sont encore en phase de test pour le moment, de nombreux ingénieurs informatiques et de l’énergie s’accordent à dire que c’est la “solution du futur” tant elle offre de possibilités à ses utilisateurs. Quand on sait qu’une éolienne classique fonctionne de 20 à 35% du temps, on ne peut que s’impatienter de voir sur le marché du renouvelable une solution qui fonctionne 350 jours par an et qui réduit de 50% les coûts de production et de distribution de l’éolien.

 

 

Militer contre les financeurs de la surconsommation énergétique.

En mars 2018, les Amis de la Terre ont effectué une campagne de désobéissance civile pour contraindre la Société Générale à stopper ses soutiens financiers envers le secteur des énergies fossiles. Les activistes de l’ONG ont utilisé la plateforme de prise de rendez-vous de l’agence pour prendre un grand nombre de rendez-vous dans la semaine du 5 mars dans le but de poser des lapins ou d’exposer ses revendications dans le but de perturber les activités de la Société Générale dans une démarche d’actions non violentes. Un coup de trolling pour une banque qui persiste à financer à coup de milliards de dollars les énergies fossiles.

 

Passer chez un fournisseur d’énergie verte : lesquels choisir en Bretagne?

  • Enercoop.

En 2011 est créée l’Association de Préfiguration Enercoop Bretagne à Trémargat (Côtes d’Armor) avec comme objet “ la création, sur le territoire de l’Ouest de la France, d’une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) régionale ayant notamment pour objectif la fourniture d’électricité d’origine 100% renouvelable.” La création de la coopérative a lieu en 2013, en présence de 85 adhérents. Trémargat est choisi comme siège social de la coopérative. Aujourd’hui, la coopérative a une production d’électricité 100% renouvelable issue de quatre sources d’énergies renouvelables (avec 99 centrales hydrauliques, 27 installations éoliennes, 4 centrales biomasse et 110 installations photovoltaïques). Le mouvement de l’eau, le vent, les rayons du soleil, la décomposition organique sont autant de sources d’énergie au potentiel inégalable. Inépuisables, elles présentent peu de risques pour l’environnement et sont faiblement émettrices de gaz à effet de serre. Chez Enercoop, ils construisent un modèle énergétique qui repose sur une consommation maîtrisée et responsable d’énergie renouvelable.  
 

  • Ilek.

L'électricité renouvelable commercialisée sur Ilek a été produite par un producteur français partenaire : celui que vous aurez choisi. La quantité d’électricité que Ilek a achetée en fonction de la source : éolienne, solaire ou hydroélectrique, est contrôlée. En choisissant Ilek, vous allez faire des économies sur votre facture tout en favorisant la protection de la planète. Le changement de fournisseur est instantané. Chaque maison va réduire de 600 kg ses émissions de CO2 dans l’atmosphère. C’est comme si vous plantiez 85 arbres dans votre jardin.

 

  • Energie d’ici.

ENERGIE D'ICI est une marque de l'Union des Producteurs Locaux d'Electricité qui regroupe des producteurs d'énergie renouvelable situés sur l'ensemble du territoire français.

Il y a donc un lien direct entre les producteurs d’hydroélectricité et les consommateurs. Ces producteurs utilisent l’eau des rivières française pour produire de l’électricité 100% renouvelable. Energie d’ici a à cœur de promouvoir l’énergie renouvelable produite par de petites installations dans le respect de l’environnement. En achetant votre électricité directement aux producteurs, vous faite des économies tout en soutenant des entreprises française à taille humaine. 
 

 

Des gestes simples pour réduire l’impact de nos appareils électriques.

 

  • Partir à la chasse aux appareils en veille qui représentent 10% de la facture d'électricité. Il est indispensable de penser à éteindre complètement ses ordinateurs, télévisions, imprimantes, etc. en les débranchant la nuit et pendant les moments d’absence. Une télévision en veille pendant une journée entière consomme autant que lorsqu’on la regarde pendant deux films.

  • Débrancher ses appareils pour couper directement l’alimentation puisqu’un transformateur de téléphone laissé branché mais inactif continue de consommer de l’électricité. Pour beaucoup d’appareils, appuyer sur “off” ne suffit pas.

  • Acheter des appareils électriques munis de labels environnementaux comme l’écolabel européen pour les téléviseurs, l’écolabel nordique pour les projecteurs, radios, lecteurs DVD, hauts parleurs, décodeurs et le label TCO pour les casques audio. Ces labels garantissent que les produits sont facilement réparables et recyclables, qu’ils sont énergétiquement performants à l’usage et qu’ils ne contiennent pas certaines substances dangereuses pour la santé humaine. Pour s’y retrouver, le Guide Topten conseille sur le type de produit selon les besoins.

  • Éclairer sa maison de façon responsable en éteignant la lumière quand on quitte une pièce, en profitant au maximum de la lumière du jour et optimiser son apport (position des meubles, couleurs des murs), en adaptant la puissance des lampes à ses besoins et en installant des ampoules LED.

  • Adopter des gestes simples pour alléger l’empreinte écologique du chauffage et de la climatisation en privilégiant des modes de chauffage à base d’énergies renouvelables, en plaçant des panneaux réfléchissants derrière les radiateurs, en pensant à fermer les volets la nuit et en été ou en évitant autant que possible la climatisation.

 

Sources :

Mr Mondialisation : Depuis 20 ans, les géants du pétrole font la guerre aux énergies renouvelables

https://mrmondialisation.org/les-geants-du-petrole-font-la-guerre-aux-energies-renouvelables/

 

Rapport négaWatt : “Vers des schémas énergie régionaux harmonisés et cohérents”

https://www.negawatt.org/Vers-des-schemas-energie-regionaux-harmonises-et-coherents

 

Mr Mondialisation : Des douches « low tech » à base de miroirs pour économiser l’énergiehttps://mrmondialisation.org/des-douches-low-tech-a-base-de-miroirs/

 

Mr Mondialisation : Produire son énergie comme on ferait pousser ses tomates : c’est le projet low-tech d’une start-up niçoise

https://mrmondialisation.org/produire-de-lenergie-comme-on-ferait-pousser-ses-tomates/

 

Mr Mondialisation : Le cerf-volant, la piste inattendue pour une énergie propre ? https://mrmondialisation.org/le-cerf-volant-la-piste-inattendue-pour-une-energie-propre/

 

Mr Mondialisation : Énergies fossiles : ils posent un lapin à la Société Généralehttps://mrmondialisation.org/energies-fossiles-ils-posent-un-lapin-a-la-societe-generale/

Enercoop Bretagne : https://bretagne.enercoop.fr/

 

Ilek : https://www.ilek.fr/offre-producteur/35-gaz-bio-de-brest

 

Energie d'ici : https://www.energiedici.fr/

 

Le guide de l'électricité verte : https://www.guide-electricite-verte.fr/

WWF : Mieux gérer sa consommation d’énergie : https://www.wwf.fr/agir-quotidien/energie

© Le Recueil by Jeff&Léa. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now