Un problème de “business model”.

Cette profusion de messages publicitaires vient notamment du fait que de très nombreux sites dépendent des revenus publicitaires pour leur fonctionnement. 

Face à l’augmentation des utilisateurs de bloqueurs de publicité, les éditeurs de presse français (le “Geste”) ont donc décidé de réagir. De la même manière que certains sites vous demandaient déjà de désactiver votre bloqueur de pub (les publicités qui ne s’affichent pas ne leur rapportent rien), ils ont lancé une vaste “offensive” coordonnée.

 

En gros, tant que votre bloqueur de pub est activé, vous n’avez pas accès au contenu. Si cela en a irrité plus d’un (notamment pour la violence de certains message d’avertissement) un mois plus tard force est de constater que 10 à 40% des visiteurs de ces sites ont whitelisté les sites en question.

L’effet rebond, en revanche, joue en plein : beaucoup de visiteurs, voyant cette impossibilité de consulter l’information demandée sans devoir désactiver leur bloqueur, s’en sont tout simplement allés voir ailleurs. Si on peut considérer que les visiteurs qui acceptent la pub sont plus “intéressants” pour l’éditeur du site, avoir un nombre important d’internautes qui s’en vont rapidement est mauvais en terme de référencement (Google, qui représente quand même 90% des recherches effectuées dans le monde, accorde une attention particulière à ce critère).

 

Il reste cependant à voir ce qui va se passer à l’avenir, car évidement, s’il existe des anti-anti-pubs qui empêchent l'accès aux internautes utilisant un bloqueur de pub, il n’a pas fallu longtemps pour que se développent des systèmes détectant ces anti-anti-pubs. Des anti-anti-anti-pubs en quelque sorte… On n’ose imaginer la suite. 

 

Mais le problèmes va bien au-delà d’une simple guerre entre pub et anti-pubs. Beaucoup d’observateurs pensent que c’est tout un business model qui reste à (ré)inventer. Si l’internaute ne trouve pas ce qu’il cherche sur un site qui lui interdit l’accès, il ira sur un autre. 98% des internautes déclarent ne pas être prêts à payer pour naviguer sans publicité. Ebuzzing à même calculé qu’il faudrait payer 170€ par an et par personne pour ne plus avoir de publicités

 

Il est vrai qu’Internet s’est développé de manière gratuite et si des sites d’information pouvaient se permettre de proposer ce genre de service gratuitement, ce n’était valable que s’ils avaient d’autres rentrées d'argent. À partir du moment où les ventes “papier” s’écroulent, ou qu’un média n’a que son site, pour des rentrées financières, toute la question du paiement se pose. Car derrière tous ces sites, il y a des gens qui travaillent

 

Même le simple blogueur doit payer pour son hébergement, ce qui devient vite coûteux quand on a du succès. c’est dire s’il faut pouvoir proposer du contenu suffisamment exclusif et alléchant. De nombreux sites ont déjà commencé à adopter cette politique, en réservant tout ou partie de leurs articles à leurs abonnés. Un site comme celui des “Numériques” a fait un autre pari, en laissant tous leurs articles accessibles mais en offrant certaines exclusivités et une navigation sans pub à leurs abonnés “premium”.

Source :

Écoconso : La pub sur Internet, un modèle à réinventer ? : https://www.ecoconso.be/fr/content/la-pub-sur-internet-un-modele-reinventer

© Le Recueil by Jeff&Léa. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now